«

»

44 – Il y a ascension et Ascension, c’est selon chacun…

Ascension_04C’est à l’image de l’amour et l’Amour. Il y a celui avec un petit a et celui avec un grand A.Ça parait simple à première vue : le petit a veut dire un amour de préhumain classique tandis que le grand A veut dire le Divin, le sublime, celui qui est au-delà de la norme. C’est super n’est-ce pas mais n’avez-vous pas remarqué qu’avec le temps tout le monde pense vivre l’amour avec un grand A dès qu’il tombe amoureux ?

En gros, la norme est en train de devenir un grand A chez tout le monde parce que tout le monde veut croire qu’il vit un grand Amour qui ira se vautrer, tôt ou tard, dans les catacombes de l’illusion classique du préhumain. Pourquoi ceci ? La raison en est bien simple : plus on descend dans les basses vibrations et plus on veut croire au Divin, et plus l’évidence démontre que l’illusion était grande.

Ainsi de l’ascension dont on parle dans les religions, on en est arrivé à croire que tout le monde va ascensionner et que tout autre alternative serait une injustice totale. En gros cela suit les mêmes principes : L’inatteignable devient subitement atteignable au fur et à mesure que l’on s’enfonce et s’éloigne du but à atteindre. C’est un réflexe positiviste et donc un réflexe qui sous des auspices bénéfiques vous mène à l’opposé…

Et ça, c’est une musique hyper connue puisque c’est celle des involuants. En effet, quels sont leur but et leurs manières de jouer sinon qu’à tourner ce qui est Divin (et donc intérieur) en quelque chose de Divin extérieur. Ainsi ce qui est beau dedans (voire intraduisible avec des mots) se voit mis sur la place publique comme un objet de foire pouvant être accessible à tous.

Bref, la Lumière brille dehors tandis que la mèche à l’intérieur s’est éteinte. Ainsi en revenant à l’ascension qui, par principe, est une élévation vibratoire intérieure et totalement personnelle (puisque personne ne peut augmenter votre vibration pour vous), on en est arrivé à croire qu’avec deux prières, deux méditations et 3 croyances, tout le monde va ascensionner.

C’est tellement gros, tellement énorme, que peu de marcheurs ont réalisé la manipulation. Il faut dire que cela est subtil dans le sens où cela n’est pas paru dans les journaux ou à la TV. Non, c’était plus vicelard car cela s’est fait par internet via des articles vulgarisateurs et dont certains auteurs sont devenus célèbres.

L’effet masse critique ajouté à l’effet boule de neige a fait le travail et maintenant nous avons des flopées de prétendants à l’ascension. Bref, une quantité importante de moutons qui croient dur comme fer que, tôt ou tard, la vie sur Terre deviendra un paradis si chacun y met du sien. C’est logique, imparable sauf qu’un mouton ne peut voir que des moutons et donc des troupeaux suivant aveuglément quelques chefs “spirituels” précisément reconnus par la loi du nombre.

Dit autrement,les involuants ont utilisé la force même des moutons : celle du nombre associé à celle de l’assujettissement moutonnesque. Le truc c’est que les moutons se croient libre une fois sorti de la bergerie parce qu’il voient la couleur du ciel. Et occupé à regarder le ciel, ils sont incapables de voir qu’ils sont dans un enclos.

Certes, certains essaieront d’aller courir plus loin pour avoir de l’herbe plus fraiche et plus haute et étant obnubilé par l’atteinte de l’objectif, ils courent sur les chemins tous tracés pour eux… En clair, même si tu penses être plus intelligent que les autres, tu te fais quand même embarqué là où les involuants veulent que tu ailles.

C’est normal qu’il en soit ainsi car les involuants apprécient les moutons bien gras et ayant fait un minima d’exercice. Lors du méchoui c’est toujours meilleur que le mouton efflanqué qui s’est contenté de l’herbe rasé par les autres tout autour de la bergerie. Un mouton heureux sera toujours plus goûtu qu’un mouton vivant toujours dans le manque et la rancune…

Il y a donc 2 sortes de moutons : les moutons peureux qui resteront toujours près de la bergerie par peur du loup qui s’en vient la nuit et puis il y aura les moutons heureux (ou qui font tout pour le paraitre) qui auront aller oser braver l’inconnu dans les champs prévus pour eux. Ils ont d’ailleurs un sobriquet. On les appelle les bisounours…

Ainsi autant les peureux restant cantonnés à leurs croyances ancestrales penseront que l’ascension c’est juste un truc religieux inatteignable (en une vie de mouton) autant les bisounours seront heureux de croire que l’Ascension avec un grand A est ce qu’ils vivent. C’est normal, il faut bien se démarquer, égo oblige !

Le fait dans l’affaire est qu’ils sont des moutons, réagissant comme des moutons et ne pouvant voir que selon la vision des moutons. Certes, les images sont plus belles, plus actualisées, plus collées aux principes New-Age mais le fond, la compréhension véritable, n’a quasiment pas évolué d’un pouce.

Ils vivent donc l’Ascension avec un grand A comme l’Amour avec un grand A. C’est donc super jubilatoire mais pour qui et pour quoi ? D’abord, on sent que forcément l’égo y a mis sa touche puisqu’il a réussi à tourner le cœur en cœur-égo. Le bisounours est donc un mouton heureux car ayant une haute estime de ses capacités à atteindre le top du top en suivant quelques consignes par-ci par-là.

Tout lui parait propice à cela et il se gargarise l’haleine à coup de canalisations bourrées des clichés qu’il affectionne particulièrement tant il veut y croire. En d’autres termes, il projette à fond tous les manques qu’il voit et vit avec l’espoir que tout lui sera donné car justement il le veut !

Il veut donc la paix totale sur toute la planète comme cela il pourra aller brouter partout sans qu’on vienne l’emmerder. Il veut que tous les autres moutons arrêtent de râler et qu’ils soient continuellement dans le sourire de la béatitude divine surtout quand ils sont en sa présence (qu’il aura su développer dans toute sa magnificence).

Il veut aussi que la Nature redevienne un rêve sur patte sans pour cela remettre en question l’art de vivre prédateur de la société dans laquelle il vit. Il veut aussi pouvoir communiquer avec tous les règnes car en tant que co-créateur il désire être reconnu comme un dieu incarné en son humble personne.

Il veut qu’il y ait une entraide totale entre tous mais comme il est continuellement fauché, il se dit que les autres (les riches et les nantis) le feront à sa place et puis au pire ce sera à l’Etat de distribuer les subventions nécessaires bien que ledit mouton affiche ouvertement qu’il est contre les impôts et l’exploitation des travailleurs qui vont avec.

En gros, le mouton bisounours veut tous les avantages (gratuitement bien évidemment) et pour cela il est prêt à proposer ses idées (trouvées sur internet) et qu’il ne pourra pas mettre en œuvre pour cause de trésorerie personnelle incompatible avec ses aspirations. Cependant il proclamera l’utilisation de l’énergie libre tout en dénonçant les méchants garçons qui ont tout fait pour étouffer dans l’œuf ces inventions de génies…

Bref, de la véritable ascension vibratoire, nous en sommes passés à une ascension des illusions New-Age où le bisounours aime se congratuler qu’il est sur la voie. Oui, c’est vrai, il l’est mais sur la voie tracée justement par les mauvais garçons… Ainsi heureux d’être dans la vague, il se dirige avec joie vers l’abattoir qui leur tend les bras, là-bas derrière la colline fleurie…

Alors oui, on peut dire que le gros de la vague concernant l’ascension ne peut s’écrire qu’avec un grand A. En cela, on peut dire que cela relève du même acabit que celui de l’Amour avec un grand A : une illusion totale amenée à la majorité…

En effet, le véritable marcheur est celui qui certes a commencé par les chemins tracés à la sortie de la bergerie mais qui, au fil de la marche, à découvert qu’il y avait des anomalies. Et c’est ainsi que, pas après pas, il commença à s’éloigner du chemin balisé pour découvrir qu’il y avait effectivement une clôture bien planquée dans les fourrés à la lisière des collines.

Ainsi la nuit, au lieu de roupiller comme tous les autres, le véritable marcheur a su dépasser la peur du loup un peu plus que les autres pour prendre la poudre d’escampette. Tout cela ne s’est pas fait d’un seul trait mais progressivement. Le marcheur (en 4D bisounours) commença donc à s’éloigner des copains de route (pour couper un maximum de liens) parce que c’était déjà fait du côté de la famille restée à la bergerie (en 3D).

Puis étant devenu progressivement un anonyme, il s’éloigna suffisamment pour qu’aucun marcheur ne vienne à s’inquiéter pour lui et c’est ainsi qu’il pu découvrir le champs d’à côté, celui de la 5D. Cela n’était pas facile pour lui car il s’était habitué à la compagnie des autres qui pensaient comme lui, vivaient comme lui et s’auto-encourageaient dans les mêmes conceptions de vie.

C’est vrai que c’était sympa mais maintenant, il est seul, très seul et pourtant même s’il comprend que l’ascension est vraiment un truc individuel et que personne ne peut faire le boulot à sa place, son envie de retourner auprès des autres reste grande. Alors au début, il rebrousse chemin mais chaque retour auprès des autres lui devient de plus en plus lourd, de plus en plus stérile car les bisounours tournent en rond tellement ils sont effrayés de subir des attaques de l’ombre qui les assaillent….

En fait, l’ombre n’est que la densification des peurs qui les habitent. En effet les bisounours aiment avoir une belle toison et ils ne supportent pas la partager ou la donner. Alors, à l’image des riches, ils inventent les voleurs qui viendront leur prendre leurs biens si durement acquis. Agissant ainsi dans leur êtreté, ils attirent ainsi effectivement les voleurs de grand chemins.

La marque du bisounours qui Ascensionne (avec un grand A) est de croire que ce qu’il a acquis comme compréhension lui permet d’avoir un jugement infaillible et que de ce fait il va être la cible des méchants. Et bien qu’il sache qu’il est un co-créateur, il n’a même pas le recul suffisant pour comprendre qu’il fabrique ses propres cauchemars.

C’est donc un grand Amour (avec un grand A) avec les peurs qui l’habitent. Normal car lorsque l’on fait dans la majuscule, tout est magistral, grandiose et sublime. Alors pourquoi le bisounours se sent-il si attaqué par l’ombre alors qu’il est lumière ? Logique diront-ils mais c’est une fausse logique  car basée sur une association de termes illogiques entre eux.

L’ombre en soi n’est qu’une lumière atténuée car dans son principe l’ombre ne peut exister sans lumière. Ainsi plus la lumière devient forte et plus l’ombre devient lumineuse ben que plus tranchée. L’ombre ne peut gagner quoi que ce soit car elle est passive (elle ne se déplace qu’en fonction du mouvement fait par le projecteur lui-même). Ainsi la nuit, l’ombre n’existe pas puisqu’il n’y a plus de projecteur mais elle est remplacée par sa grande sœur qu’est la noirceur.

Il ne faut donc pas confondre ombre et noirceur. La noirceur est l’absence de lumière tandis que l’ombre est la preuve qu’une lumière existe. Alors dites-moi pourquoi un bisounours a-t-il peur de sa propre lumière ? En effet, si la lumière est en toi, l’ombre se retrouvera forcément projetée à l’extérieur et tu ne pourras donc pas la voir « t’attaquer » si tu vois par le cœur.

Par contre, si tu vois de l’ombre en toi c’est parce que la lumière est extérieure à toi (ce n’est pas ton cœur qui regarde mais ton mental-égo). En gros quand un marcheur se fait attaquer par l’ombre, cela implique tout d’abord qu’il n’a pas compris que l’ombre ne peut être matérialisée que par un noeud énergétique, une résistance, qui atténue la lumière. Puis secundo, si la lumière est extérieure forcément le faisceau d’ombre sera projeté à l’intérieur.

Alors mon ami, mon frère, à travers cet article, comprends 2 choses :
1) Le grand A est souvent le signe d’un égo qui veut se la jouer
2) L’ombre n’a rien à voir avec la noirceur. L’ombre est la preuve que la lumière est là alors que la noirceur est l’absence même de lumière.

Alors si tu es un véritable marcheur ayant traversé la zone bisounours, l’ombre sera une amie et un chalenge pour toi car elle t’aidera à savoir où se trouve ce qui obstrue la lumière que tu émets.

Par contre, si tu ne vois que noirceur autour de toi, comprends que soit tu n’est pas assez fissuré pour laisser éclairer dehors la lumière qui brille en toi ou soit  ta lumière intérieure n’est pas encore allumée tout simplement.

Mon frère, mon ami, soit sincère avec toi et regardes si tu projettes de la lumière dans la noirceur ambiante ou si plutôt la noirceur t’oppresse au point que tu découvres des ombres en toi.

Rappelles-toi la métaphore du projectionniste dans la salle de cinéma que tu es. Si l’écran est lumineux (bien qu’il n’y ait que des ombres projetées qui occupent ton esprit) c’est quand même mieux qu’une salle toute noire indiquant que le projectionniste se contente d’être assis dans la salle en mougonnant et pestant qu’il est dans un monde de merde.

Lèves-toi et marches et le monde sera toujours plus lumineux. C’est ça la véritable ascension car élever sa fréquence indique forcément l’émission de photons, de lumière et donc d’ombres. En tout cas, c’est toujours mieux que la noirceur qui ne fait qu’indiquer qu’aucune lumière ne s’est encore présentée…

Ainsi quand certains bisounours me disent que parler de cuve à fioul n’est pas un acte d’amour (et donc de lumière) pour améliorer l’ambiance c’est qu’ils s’accrochent à quelques brins de lumière extérieurs (la fleur est belle, etc…) et qu’ils n’ont pas compris que la beauté se trouve dans l’œil de celui qui regarde et non dans la chose elle-même.

Alors mon ami, mon frère, si tu vois du beau cela indique au moins qu’une petite lumière t’habite alors que fais-tu pour l’amplifier au point de devenir un lampadaire en pleine cuve à fioul ? En effet, à quoi ça sert un lampadaire allumé en plein jour ? Il y a des fois je me demande pourquoi les bisounours manquent autant de recul !

Laurent DUREAU

10 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. Val

    Bonjour à tous,

    On avance seul. C’est une affaire personnelle entre le Divin et soi. La joie, la paix ne sont pas des émotions, ce sont des émanations de notre Vraie Nature, renforcer notre ressenti de ce qui est bon en nous renforce l’extrême courage pour descendre en soi dissoudre les multiples blessures, c’est douloureux, c’est long mais il n’existe que ce chemin là. Quand une couche de « peine » est dissoute (rage, chagrin…), une autre arrive et ainsi de suite, ce n’est jamais fini, ça peut prendre toute une vie. A présent je sais que quand je me sens mal, en réalité c’est qu’une autre couche de fatras arrive pour être purgée. Le purgatoire c’est ici. Merci pour cet article réconfortant. Val

  2. tara

    Je suis seule et reste seule.cela ne m empêche pas d être seule et rayonner seule là où il faut.j aime cette solitude et ce silence intérieur qui ouvre toute porte. Il y a le plaisir de se lever et d apprendre à causer avec mon intuition, sans bornes. Et il y a l intention d être au service de Elea.Et l être cristallin qui m accompagne,toujours.Merci à l ascension qui m a permis d arriver là où il faut que je sois. Adieu et merci les copains d avant qui sont restés au port quand j ai levé les amarres
    Merci LD

  3. Sophie Marie

    Bonjour à tous,

    On peut pas dire que tu portes les bisounours dans ton coeur!

    Mon impression en te lisant: c’est la débandande!…envolé l’enthousiasme que je ressentais au début des lectures des messagers de l’un!…d’ailleurs, les messagers se sont tus???
    …silence inquiétant ou explicable par l’absence de Brigitte?

    bref, le soufflé est retombé…l’ambiance est « d’après la fete », faut nettoyer, y a des gens « groguis » et fatigués dans tous les coins, genre « gueule de bois »…

    Une transition, un calme avant la tempete???

    Bizarre, bizarre…

    Merci de nous épauler encore et toujours mais je sens que tu te poses de sérieuses questions…

    Bien à vous tous, les bi-sounours, et les ours qui se retirent…

    1. Laurent

      En effet, le blog « les messagers de l’UN » est au repos forcé depuis que Brigitte est coupé de l’internet. C’est ainsi et derrière cela il y a une justification très simple qui va au delà de la version 3D.

      Hé oui, lors de mon dernier périple j’ai été coupé de l’internet ((avec Corinne) volontairement par mes guides pendant 3 semaines (21 jours) afin que je puisse bien malgré moi me désenchainer des blogs, des emails et de toutes les contraintes associées.

      Il en a été donc de même pour Brigitte (cela fait 3 semaines) et qui s’était retrouvée seule pendant notre absence. Et là maintenant cela a été le cas inverse. J’ai donc pu publier pendant son absence mais pas suivre le blog des Messagers car vous avez compris que je n’ai absolument rien à y faire puisque ce n’est pas mon blog.

      Alors oui, l’équipe au sol a bien subi une transition pendant ce portail d’harmonie. Alors calme ou tempête cela importe peu car de toute façon tout le monde va se faire brasser et le sentira passer.

      Et puis concernant le fait de se poser de « sérieuses questions » comme tu le dis, il m’a été demandé expressément de rentrer un peu plus dans le tas car c’est maintenant qu’il faut secouer le tapis. Ce n’est que plus tard que l’on pourra recommencer à faire de la broderie avec des cours plus techniques…

      Il a donc une interruption du programme éducatif au profit de séance de « claques »… pour justement faire tomber la poussière encore plus vite puisque la tempête (la séance de soufflage intense prévu par les Hautes Sphères) est devant nous et pas derrière ! 😀

  4. Agnès

    Merci 😉

  5. Coton La Brodeuse

    À pas de Loup, dans l’ombre des sous-bois, il se glissait…
    À L’ Orée du bois il se rencontra
    Quelle Horreur s’ exclama-t-il !!!
    Quelle Aurore se dit-il !!!
    À l’ Orée du Bois il s’ Aima
    À pas de Géant, dans la Lumière, il Vivait…

    1. fago

      Genial

  6. patrice

    Salut,laurent eh bien je suis toujours là à te lire. Continues de distribuer des claques car je me sens de mieux en mieux. Faut croire que chez moi ça fonctionne tres bien. Merci pour ton travail ainsi qu’à toute l’équipe. A bientot.

  7. Valérie

    😆 😆 merci merci merci, ça fait du bien !! car ma petite voix me dit pareil.

    Je suis en joie de plonger dans mes abîmes, je ne comprends pas les gens qui parlent du Diable et des entités malfaisantes, je n’ai plus de mots pour exprimer ce qui se passe en moi, je vois les petits jeux de mon égo, et je n’aspire qu’à une chose : m’abandonner totalement au divin et suivre ses envies !!!

    Tes derniers articles me font respirer l’air pur !!!

    A bientôt

  8. Teo

    Comprendre les autres c’est se comprendre, puisqu’à la recherche de quoi que ce soit dehors ou dedans ou dans l’espace/temps, est une recherche en soi, d’intégration pour être capable de s’aimer davantage. Que les mots sont limités dès que le mental s’y met du sien. Les bébés et petits enfants comprennent tous les langues et vocabulaires ou plutôt elles/ils captent les vibrations des intentions de la personne qui leur cause. Quant aux adultes, ils s’identifient par leurs ego lesquels conditionnés par des tas de barrières comme l’éducation basée sur le mérite, le culte de la performance et de la récompense, etc et ils deviennent de plus en plus limités et incapable de lâcher prise, de s’ouvrir au monde de la diversité qui les entourent. Mais c’est aussi une bonne chose de constater que les conditionnements de l’ego amène à la libération de l’être au détour d’une prise de conscience qu’on est au delà de tous les qualifications limitatives de sens des mots. Au moment où vous vous décidez de comprendre l’Être Infini que vous êtes.
    Teo

Les commentaires sont désactivés.

«

»