84 – Vie et Fin de l’Âme Urantienne

ame_02Pour beaucoup il est difficile de concevoir que le monde qu’ils connaissent se trouve à l’intérieur d’un camp de la mort. Cette dernière est pourtant bien présente puisque chaque personne connue prendra la direction du cimetière ou du crématorium tôt ou tard. Ainsi, malgré cela, chacun s’accroche pour survivre, même si c’est pour être témoin d’atrocités qu’il ne veut plus voir.

C’est ainsi, que même si quelques marcheurs ont osé sortir de la prison qu’est leur baraquement rangé parmi des centaines d’autres, ils sortent avec les quelques effets personnels dont ils ne veulent pas se séparer car c’est ce qui leur donne l’illusion qu’ils ont au moins quelque chose leur appartenant.

Nous verrons que ce baluchon, autant il peut être précieux pour ne pas perdre la tête pendant la fuite, autant il sera un frein évident au fur et à mesure de l’éloignement de la baraque. Ainsi parti avec une valise, le marcheur se verra la vider morceau après morceau, car plus il avance et plus les forces lui manquent pour porter ses souvenirs.

Puis, quand il arrive au mur de grillage électrifié et coiffé de barbelés qui le mènera à un monde qu’il ne connait pas encore mais qu’il a découvert par des écrits anciens ou des contes colportés de génération en génération d’esclaves soumis et à l’ombre, il comprendra qu’il lui faudra laisser sa valise (ou ce qu’il en reste) sur place car celle-ci appartient à ce monde mais pas à l’autre.

Et puis, secundo, la trouée dans le grillage laissera passer son corps frêle et rachitique (par manque de soleil) mais sera trop petit pour la valise. Ainsi la valise restera sur place, laissant ainsi la preuve de l’identité de celui qui a réussi à s’échapper s’il en réchappe. Bref, ce n’est pas forcément positif car les chiens sauront alors renifler ses souvenirs et ses fringues pour le traquer…

Les plus avisés et les plus téméraires auront plutôt choisi dès le départ de ne rien prendre, car que peuvent apporter des affaires puantes de survie et rapiécées par des souvenirs sinon un handicap pour la progression dans la fuite du camp ? Ils y sont allés les mains nues et le cœur pur, tout en sachant qu’il est inutile de perdre du temps et des forces en se trimballant du passé.

Puis, une fois passé les différentes clôtures et qu’ils se retournent pour regarder une dernière fois leur passé, ils découvrent combien ce camp est sombre, dénué de toutes couleurs sinon que par les nuances de gris. Ils voient des fumées noires  s’échapper de certains baraquements et c’est là qu’ils comprennent d’où venaient ces odeurs âcres qui les rendaient malades au point de cracher les poumons en plus de la crasse chimique larguée par les innombrables avions qui sillonnaient le ciel.

Les gardes sont habillés de noir et sont sans pitié. Ils sont généralement accompagnés par des lèche-bottes prêts à tout pour un morceau de viande sanguinolent et pas trop avarié. Ils semblent tout puissant mais déjà ils entendent le bruit des canons de Lumière qui se rapprochent. Ils savent que cela ne va pas durer, alors ils pressent encore plus la cadence pour faire tourner les fours à fond ou faire que les prisonniers s’étripent entre eux grâce à une famine devenue trop importante.

C’est ainsi que certains tuent au nom de la démocratie pour piquer les champs de pétrole, tandis que d’autres détruisent les fondations des baraques pour revendre le bois (Huile et gaz de schiste). L’atmosphère au sein du camp de la mort est de plus en plus chaotique, car tous perçoivent les lumières d’explosions pendant la nuit, quand ce ne sont pas des rayons lasers qui découpent les nuages bas, gros et lourd, des croyances religieuses.

Bref, c’est le bordel et il semblerait que les geôliers aient envie de tout raser avant de partir afin de ne pas laisser de traces. Ça sent la débâcle et, contrairement à ce que l’on pourra penser, c’est une autorité encore plus hautaine et monstrueuse qui s’impose afin justement d’en finir au plus vite. La fin du camp de la mort est proche, mais y aura-t-il des survivants et que veut-on cacher ?

Les clôtures sont vos croyances. Les baraquements sont votre identité nationale ou ethnique. Les fours sont vos usines et centrales nucléaires. Les gardes sont les Archontes et leurs chiens sont les illuminatis. Les nuages bas et lourd sont les religions. Mais pourquoi est-ce si noir ? La réponse est dans la vidéo suivante…

ame_03

ame_04

Télécharger la vidéo (fichier mp4-clic droit puis Enregistrer sous) La vidéo à visionner dans votre navigateur Durée 78 mn

J’espère que cette vidéo vous aura fait comprendre que tout ce qui appartient à ce camp de la mort y restera et sera, tôt ou tard, détruit définitivement car maman Urantia-Gaia n’y supportera plus aucun souvenir. Il est donc inutile de penser que vous allez pouvoir emmener des souvenirs une fois que vous serez arrivé au-delà des grillages barbelés et électrifiés de vos croyances.

En effet, le marcheur pour pouvoir s’enfuir a dû regarder devant lui et oublier ce qu’il y avait derrière jusqu’à ce qu’il soit définitivement sorti du camp de la mort. Certes, il pourra se retourner une dernière fois pour défensivement clôturer cette expérience, mais ne pourra rien en emporter ou faire perdurer quand il reprendra sa direction initiale.

Pour lui, ce sera l’inconnu et on fera appel à ses capacités d’être un enfant qui s’émerveille plutôt qu’un bagnard ressassant le passé. D’ailleurs, à peine avait-il atteint la lisière du bois qu’il découvrit de nombreux bras ouverts qui ne demandaient qu’à l’étreindre afin de lui redonner cet amour, cette tendresse, cette douceur d’une mère qui retrouve l’un de ses enfants qui s’était porté volontaire pour découvrir ce qu’était un camp de la mort.

On ne lui demandera pas ce qu’il a vu, fait ou subi, mais on l’encensera pour qu’il enseigne les leçons qu’il aura apprises. Cependant, une période de repos lui sera accordée (un p’tit millénaire) afin qu’il se requinque, reprenne du poids et des plumes afin de redécouvrir la légèreté de l’Être et sa resynchronisation avec la musique céleste.

Passé ce temps, alors “l’ancien” pourra en sa toute puissance retrouvée conter ce rêve bizarre qu’il a fait dans une dimension tout aussi bizarre. Il sera écouté car il aura traversé avec brio cette nuit noire de l’âme, où cette dernière aura bouclé son cercle ayant permis cet apprentissage unique à cet esprit s’étant porté volontaire.

C’est ainsi que “l’ancien” ne racontera pas ses faits et gestes du passé mais irradiera les vibrations arc-en-ciel Urantiennes qui feront frémir son auditoire. Sa simple Présence suffira alors à motiver son auditoire afin que celui-ci décide de venir se former sur cette planète unique qu’est Terre-Mère afin, ensuite, d’aller vivre l’aventure dans le 8ème super Univers.

En effet, compte tenu de la mission unique de maman Urantia-Gaia et de ses fameux petits pieds ayant accepté ce contrat d’involution, la récompense est unique et exceptionnelle, car qu’importe la planète relais où nous irons, nous sommes assurés de finir le parcours.

C’est juste une histoire de temps, et comme le temps est une illusion, il faut comprendre que cela est déjà fait mais qu’il nous faut quand même l’actualiser dans notre corps de matière afin que maman Urantia-Gaia, elle aussi, puisse passer à une nouvelle expérimentation. C’est un contrat entre elle et nous et, personnellement, j’ai bien dans l’intention de le respecter car sans elle, tout cela n’aurait pas été possible.

A Terre-Mère, je dédie tout mon amour et ma confiance car malgré toutes mes incarnations passées où je n’ai pas été forcément un gentil, je sais qu’elle a toujours été auprès de moi malgré mes pitreries et méchancetés dûes à ma déconnexion d’avec La Source. Je lui dédie cette vie en juste reconnaissance de son amour intarissable et constant.

Laurent DUREAU

 

(25 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • GILLE Pierre on 1 avril 2015 at 8 h 51 min

    En espérant que tout ceci ne soit pas interprété comme un poisson d’Avril.
    Bel article, merci Laurent

      • Laurent on 2 avril 2015 at 11 h 29 min
        Author

      Non, ce n’est malheureusement pas un poisson d’avril… 😥

        • denise on 14 avril 2015 at 22 h 13 min

        pourquoi malheureusement moi je trouve cela génial et heureux ! merci laurent

    • jardin zen on 1 avril 2015 at 8 h 58 min

    ALLELUIA…….

    • Dod on 1 avril 2015 at 9 h 23 min

    La tendance des derniers textes de Laurent, de plus en plus empreinte de culpabilité judéo-chrétienne, avec cette comparaison des camps de concentration, m’est assez insupportable 👿
    J’espère comme Pierre GILLE qu’on est simplement un jour de poisson d’avril ?
    Heureusement que les conclusions de Laurent nous laissent quand même poindre un peu de soleil derrière ce texte très « Nuit et Brouillard »

      • korrigan on 1 avril 2015 at 14 h 30 min

      si tu avais pris 78mns de ton temps à regarder la vidéo avant de poster, tu te serais certainement passé de ce commentaire 😉

    • rolande on 1 avril 2015 at 9 h 44 min

    :mrgreen: je me laisserais bien encore transportée dans l’Amour de Père-Mère DIVIN, qui est derrière ce Soleil Blanc, waouhh!! comme c’était magique, l’extase Absolu!! alors oui, je dis oui
    à la Lumière, à la fin de la prison qu’est devenue Urantia, et merci merci à tous les frères et soeurs de la Lumière qui y ont contribué ..bon, pour le moment, je patiente en restant zen, ce que ma famille terrestre ne comprenne pas et me traite de froide sans coeur.. 😆

    • Marie-Miel on 1 avril 2015 at 9 h 56 min

    Merci, ça fait du bien !

    • Cronos on 1 avril 2015 at 11 h 10 min

    Bonjour et merci Laurent
    si je comprend bien le plus difficile est d’enclencher le premier pignon de l’engrenage pour faire démarrer le moteur et ensuite de lui donner suffisamment d’énergie pour qu’il amorce sa rotation. Une fois qu’il aura pris de la vitesse la route sera t’elle plus facile?
    Ma question, comment faire concrètement pour que cette première poussée soit la plus énergique possible?
    Pour Verdun, je suis d’accord avec toi, j’y suis allé une fois et je me suis senti mal, triste,fatigué, j’avais l’impression d’une lourdeur sur la ville.
    Salutation

      • Michelle on 1 avril 2015 at 13 h 47 min

      Habitant cette région, nous sommes plusieurs Petits Poucets à avoir semer des cailloux autour de Verdun et dans ses alentours, principalement sur les lieux de batailles mais aussi les cours d’eau, Lac, la Meuse, les églises… Modeste participation mais avec localement quelques hausses vibratoires. Par contre, pour moi, fin de la mission, et départ de cette région très prochainement.

    • DomiLuce on 1 avril 2015 at 11 h 53 min

    Les mots qui touchent : qu’importe la planète relais où nous irons, nous sommes assurés de finir le parcours.

    Les mots qui bouleversent : A Terre-Mère, je dédie tout mon amour et ma confiance car malgré toutes mes incarnations passées où je n’ai pas été forcément un gentil, je sais qu’elle a toujours été auprès de moi malgré mes pitreries et méchancetés dûes à ma déconnexion d’avec La Source. Je lui dédie cette vie en juste reconnaissance de son amour intarissable et constant.

    L’Amour de notre planète-entité est illimité. J’en ai le coeur qui vibre et je sens que je lui appartiens : Maman Urantia-Gaïa, tu es couronnée Elea. Tout mon Amour à toi aussi

    • agnès on 1 avril 2015 at 15 h 16 min

    Merci 😉
    Beaucoup d’ amour je ressens dans tes mots 😉
    tout çà fait du bien !
    Merci , gratitude 😉

    • Pioupiou on 1 avril 2015 at 15 h 35 min

    Merci Laurent et l’équipe au sol d’ouvrir (nos esprit) et de partager votre chemin celui qui mène à sortir du bois sombre des inquiétudes pour atteindre la clairière vivifiante et lumineuse du retour vers le sans-non. Il est vrai que je m’éloigne des préoccupations de ma famille et elle n’aime pas ça, un jour peut-être elle comprendra,, ou pas!, Bise à tous les marcheurs (de sentier=se sentir entier).

    • Coton La Brodeuse on 1 avril 2015 at 15 h 47 min

    Cette religion scientifique à venir, ne serait-elle pas le TransHumanisme ?

    • Véro on 1 avril 2015 at 15 h 54 min

    Gratitude à la Terre Urantia Gaia et ses éclaireurs … 😉

    • hakim on 1 avril 2015 at 17 h 27 min

    Bonjour et merci laurent
    Le ptit millénaire de repos m’a fait beaucoup de bien rien que de le lire lol 😉

      • Fred on 5 avril 2015 at 10 h 35 min

      ah oui, peut être.
      J’ai connu deux personne qui pense réellement que la science pourra leur donner la vie éternelle…. quand tu entend des trucs ça, tu sais qu’il n’y a rien à faire pour eux 🙄

    • Romain on 2 avril 2015 at 2 h 18 min

    Wahou.. Encore une video excéllente. J’ai pas vu passer les 1h18 :mrgreen:
    T’avais dit que les articles de 2015 vont envoyer du pâté .. mais ce n’est que depuis la série « De l’origine de ce que nous sommes » que je m’en rend bien compte.

    Petit détail : Tu parles brièvement des canalisations de l’Ancien Temps 😛 qui mettent trois plombes pour rien dire.
    Au début, j’ai toujours fui ce genre de texte car dans la majorité, ça ne résonnait pas vraiment en moi (de temps en temps j’avais la flemme de tout me taper aussi 😆 ) mais il y avait une ptite partie en moi qui culpabilisait: « Tu devrais continuer pour t’ouvrir plus au Féminin ».

    Maintenant, mes doutes se confirment à 200% : Ces textes ne m’apportent rien de concret pour monter en fréquence.
    Avec tes blogs.. j’admet volontier que je suis bien servi 😀

    • Claudette 13 on 2 avril 2015 at 7 h 57 min

    MERCI Laurent,
    Avec les vidéos de ces derniers jours, c’est la confirmation de tout un tas de choses que je sens en moi depuis longtemps.
    Bonne journée pour tous

    • Tiphaine on 2 avril 2015 at 15 h 00 min

    C’est la première fois que j’écris un commentaire après environ un mois que je lis tes articles, et je le fais aujourd’hui après avoir pleuré et être encore si touchée par la vibration de tes écrits et de ta vidéo.

    Tout est clair, limpide, cohérent et juste.

    A chaque fois que tu cites « maman Urantia Gaia » dans tes vidéos, un tel amour inconditionnel d’enfant pour sa mère se ressent dans ta voix!

    J’en pleure, car plus je me reconnecte à moi même, plus j’aime mon féminin sacré, plus je fais la paix avec notre mère à tous. Et cet amour que je sens chez toi, grandit chez moi aussi envers Urantia Gaia, petit à petit.

    Merci Laurent, merci infiniment de tes éclairages, merci infiniment de revenir farfouiller dans le voile et la sombritude que tu as toi même dépassé et dépasse encore chaque jour, pour aider tes frères et soeurs à en sortir également!

    Je suis vraiment très émue et mes larmes sont celles de la Joie.
    Merci encore

    Amitiés.

    • Etoile on 2 avril 2015 at 15 h 50 min

    Bonjour Laurent,

    Merci pour toutes ces informations enrichissantes. Pourrais-tu éclaircir un point ? Tu dis que les religions sont des égrégores, ce dont je suis d’accord. Mais, être Christ est bien, pour toi, une qualité vibratoire, n’est-ce pas ?
    Par ailleurs, je tiens à confirmer tes propos concernant les chakras. En ce qui me concerne, je sens nettement ceux du 11 et 12ème. 🙄
    Il faut dire que, là-haut, ça s’active à fond depuis l’éclipse, même si cela avait commencé bien avant.
    (Peux-tu me confirmer la réception de mes messages).

    Bien à vous,

      • Laurent on 15 avril 2015 at 7 h 14 min
        Author

      Oui, Christ est l’atteinte d’une qualité vibratoire qui est démontrée par la capacité de recréer un corps physique à partir directement de la Vibration et non pas en passant par un véhicule prêté par Terre-Mère. Ça s’appelle la résurrection et ça demande forcément de quitter le corps physique hérité de sa mère biologique.

      Cela n’a donc rien à voir avec l’égrégore religieux qui parle « du » Christ car pour eux il n’y en a qu’un et il n’y en aura jamais d’autre ! C’est la preuve que la religion est là pour t’enfermer et éviter que tu découvres que tu n’as pas besoin d’eux pour te reconnecter à ta partie divine. 😀

    • Vincent on 3 avril 2015 at 10 h 01 min

    C’est génial de savoir que plus le marcheur avancera, plus il se dégagera de tous ses blocages

    • Isabelle on 3 avril 2015 at 21 h 28 min

    bonsoir Laurent et merci!
    je me régale toujours autant à te lire! ça m’éclaire à un point!
    et j’attends toujours la suite avec impatience!
    à dimanche! (normalement)
    biz à vous 3!

    • denise on 14 avril 2015 at 22 h 24 min

    je te dis merci même si ce mot me semble bien faible. tes messages depuis un peu me décourageaient autant qu’ils m’encourageaient, l’impression que chaque fois il y avait un plus à dépasser, à intégrer…. cette fois mon coeur est heureux comme il ne l’a jamais été. impression de voir enfin le bout du tunnel. encore beaucoup à faire mais une petite toute petite loupiote brille là bas au loin et quel mot utiliser pour dire combien c’est fabuleux de savoir qu »‘il y a une sortie et quelle sorite ! il y a encore des embuches et des illusions ô combien mais y’a la petite loupiote qui brille et maman urantia est là avec moi.
    merci pour tout l’amour pour elle qui transparait à travers tes écrits et m’aide à conscientiser le mien bien faiblard. coeurdialement

Les commentaires sont désactivés.